• Padre Pio, la souffrance

     
     

    Padre Pio

    La souffrance

     

     "Que voulez-vous, mon fils ? aimer Dieu c'est prendre part à son agonie,

    à ses souffrances, à sa mort sur la Croix !" Padre Pio

     

    Padre Pio, la souffrance

     

    Padre Pio savait que la souffrance est une monnaie sacrée pour obtenir des faveurs divines.

    Il veut s'offrir au Seigneur en victime pour les pécheurs.

    Quand une personne qui recevait une grande grâce venait le remercier, il répondait : "Remerciez la Madone !" et il fixait son regard sur la personne comme pour lui dire : "Si vous saviez ce que cette grâce m'a coûté".

    Comme Padre Pio savait que la souffrance unie à la prière est très puissante, il s'entourait d'âmes de bonne volonté, vouées au sacrifice et utilisait leurs souffrances quand il voulait obtenir des grâces particulières de Dieu.

    A l'école de Padre Pio, on apprend à accepter les croix de la vie. Plutôt que de se révolter contre la volonté de Dieu, on accepte les épreuves qu'il nous envoie.

    Les âmes généreuses, aidées de la grâce divine, s'offrent à Dieu en esprit de réparation.

    Jésus cherche des âmes corédemptrices, prêtes à s'immoler pour le salut des pécheurs.

    Padre Pio s'était offert en victime à Dieu depuis son enfance. Il disait : "Les âmes ne s'achètent qu'au prix de l'effusion du sang !"

    Il ne faut pas mépriser les petites souffrances qui sont les plus faciles à supporter. On obtiendrait beaucoup de trésors célestes si on offrait ces petites croix à Dieu.

    Lors des grandes épreuves auxquelles Dieu le soumettait, Padre Pio trouvait son réconfort au pied du tabernacle.

    Padre Pio avait dit à sa fille spirituelle Cléonice Morcaldi de ne pas croire qu'il aimait la souffrance pour elle-même, mais qu'il l'aime et la demande à Jésus en raison des fruits qu'elle produit : elle confère de la gloire à Dieu, sauve les âmes et libère celles du purgatoire.

    Jésus

    Jésus dit à Padre Pio : "Je te ferai souffrir, mais je t'en donnerai aussi la force."

    "Sous la croix, on apprend à aimer, et je ne la donne pas à tous, mais seulement aux âmes qui me sont les plus chères !"

     

    Ses enfants spirituels

    Padre Pio ne ménageait pas ses enfants spirituels.

    Le 28 septembre 1915, deux semaines après avoir reçu les stigmates, il écrivait : "C'est à coups réitérés de salutaires ciseaux et avec de soigneux polissages que le divin Artiste prépare les pierres qui doivent entrer dans la construction de l'éternel édifice"

    Par conséquent toute âme destinée à la gloire éternelle peut se considérer comme pierre de construction qui avant d'être employée doit être dégrossie et polie par le Père Céleste à coups de ciseau et de marteau.

    Ces coups sont : les obscurités, les anxiétés, les maladies, les tentations...

    Padre Pio disait qu'il fallait remercier le Père Céleste qui dans son infinie miséricorde daigne nous traiter ainsi.

    Ajoutant qu'il fallait nous glorifier de ces traitements du meilleur des Pères et ouvrir notre cœur à la sainte agonie, bien blotti dans bras de ce tendre Père qui nous traite en "élu" puisqu'il nous fait suivre Jésus de si près sur la pente du Calvaire.

    Dieu attire les âmes en les comblant de douceurs et de consolations, puis les sèvre en les plongeant dans la désolation et les ténèbres.

    Après la nuit des sens (le temps du sevrage), l'âme pour atteindre une pleine maturité doit passer par une autre épreuve qu'on appelle "nuit de l'esprit".

    En décembre 1914, Padre Pio écrivait que lorsque le Seigneur nous mettra dans cet état, notre âme éprouvera une peine tellement aiguë que cela dépasse tout ce que l'on pourrait imaginer à ce sujet. Vous vous sentirez enveloppés d'épaisses ténèbres, votre esprit sera plongé dans les plus cruelles répugnances. C'est alors que vous servirez et aimerez Dieu d'un plus pur amour, dans l'oubli de vous-même et pour Lui tout seul."

    "Plus le Seigneur vous invite à sa divine intimité et plus il investit votre âme de sa très pure lumière qui, tout d'abord l'aveugle."

    "Les peines que l'âme ressent alors sont si atroces et si cruelles que nous ne saurions les comparer qu'à ce que souffrent les âmes du Purgatoire ou mieux encore : les damnés"

    "Tant que l'âme n'est pas entièrement purifiée, la lumière de Dieu lui est nuit et ténèbres, mais lorsqu'elle sera prête à recevoir le baiser de la parfaite union d'amour, cette lumière qui lui fut peine et torture l'illuminera".

    ©La lumière de Dieu